Articles

Réduction de la dérive de pulvérisation de minimum 50 % et zones tampons

Depuis 1er janvier 2019, il est obligatoire d’utiliser du matériel permettant de réduire la dérive de pulvérisation de minimum 50 %. En fonction de la technique choisie, la largeur des zones tampons mentionnée sur l’étiquette des produits  phytopharmaceutiques pourra être réduite…  sauf en présence d’un cours d’eau où il faudra toujours préserver une largeur minimum de 6 m. 

source : Protect’Eau

Pour réduire la dérive, différents types de matériels peuvent être utilisés : soit un pulvérisateur classique équipé de buses anti-dérive, soit un pulvérisateur dont le mode de fonctionnement réduit la dérive (pulvérisateur à assistance d’air, désherbineuse, …). Dans ce dernier cas, l’usage de buses antidérive n’est pas obligatoire. Ces pulvérisateurs permettent de réduire la dérive de 50 à 90 %, en fonction du type d’appareil. Toutefois, l’utilisation de buses antidérive sur ces pulvérisateurs permet d’augmenter leur effet anti-dérive. Par exemple, le pourcentage de réduction de dérive d’un pulvérisateur à assistance d’air passera de 75 à 90 %, s’il est équipé de buses anti-dérive. Il est important de vérifier que la buse anti-dérive ou le matériel utilisé est bien reconnu officiellement. La liste des buses anti-dérive autorisées en Belgique est disponible sur le site  de Protect’Eau.
L’utilisation de matériel réduisant la dérive vous permet également de réduire la largeur des zones tampons indiquée sur l’étiquette des produits. Par exemple, pour un produit avec une zone tampon de 20 m sur l’étiquette, l’utilisation d’un matériel anti-dérive de 50 % permet de ramener la zone tampon à 10 m. La largeur de la zone tampon pourra être réduite d’avantage avec des matériels antidérive de 75 % ou 90 %, sauf en présence d’un cours d’eau où il faudra toujours préserver une largeur minimum de 6 m.

 

 

 

 

Tableau des conversions d’un produit
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le « guide des zones tampons et des mesures anti-dérive à respecter en Wallonie » sur le site www.protecteau.be ou prendre contact avec votre conseiller.

 

id adipiscing justo fringilla lectus quis id, amet, nunc libero. mattis velit,