Articles

Quel est l’impact des rejets médicamenteux sur les organismes vivant dans les cours d’eau ?

Projet INTERREG DIADeM : tests d’encagements en rivière

vidéo réalisée par l’UNAMUR

Depuis quelques années, nos eaux sont menacées par une nouvelle forme de pollution, celle des rejets médicamenteux. Mais comment cela est possible ? Et quels sont les effets sur notre écosystème ?

Les stations d’épuration conventionnelles permettent le traitement de la matière organique mais ne parviennent pas à éliminer bon nombre de polluants chimiques tels que les pesticides, les micropolluants industriels ou encore les résidus de médicaments qui contaminent de manière chronique et non négligeable nos cours d’eau.

Le projet DIADEM (Développement d’une approche intégrée pour le diagnostic de la qualité des eaux de la Meuse), un projet inter-région financé par la Commission Européenne, a pour but de définir des outils de biosurveillance face à ce type de pollution.

Pour l’étude, plusieurs espèces ont étés sélectionnées. Chacune de ces espèces a été placée et immergée dans une cage adaptée à ses dimensions et ses besoins. Ainsi, truites, épinoches, moules, mousses et crustacés ont été immergés à proximité de 5 stations d’épuration retenues, soit en amont, soit en aval de celles-ci : Charleroi, Charleville-Mézières, Lives-sur-Meuse à Namur ont été choisies de par leur haute capacité de traitement, supérieure à 70 000 équivalents-habitant. Egalement les stations de Bouillon, d’Avesnes-sur-Helpe, le long d’Helpe majeur, sélectionnées pour leur plus petite taille. Après trois semaines, les différentes espèces sont récupérées et disséquées. Différents paramètres sont analysés en laboratoire. Cela permettra de rendre compte de l’impact potentiel des polluants présents dans leur milieu sur les organismes …

 

suscipit dictum dolor. Donec id velit, eget pulvinar at et, amet,