Articles

Catégorie : Plantes invasives

Durant tout le mois de juillet, six étudiants sillonneront les affluents de la Sambre pour arracher les balsamines de l’Himalaya dans 23 communes de notre territoire.

La lutte contre les plantes exotiques envahissantes (ou plantes invasives) est une des missions des Contrats de Rivière de Wallonie. On en retrouve en de nombreux endroits sur le territoire de la Sambre. Afin de soutenir son équipe dans la gestion, le CRSA engage des étudiants durant le mois de juillet 2022. Votre profil : […]

Qui n’a jamais été confronté aux Espèces Exotiques Envahissantes (EEE), également appelées « espèces invasives » ? Aujourd’hui, leurs nuisances se répercutent sur notre économie, notre société, notre écologie.

Ces plantes ont été introduites en grandes quantités par les particuliers et professionnels, majoritairement pour leur pouvoir oxygénant. Les plans d’eau sont souvent dégradés (eutrophisation, …), et propices à la colonisation par ces opportunistes. Etant super compétitives, les plantes aquatiques invasives tendent à capter toutes les ressources, qui viennent à manquer à la flore indigène.

Initialement importées pour leur potentiel mellifère et esthétique, les balsamines de l’Himalaya (Impatiens glandulifera) envahissent les berges des rivières. Une espèce est considérée comme invasive lorsqu’elle est à la fois exotique, et envahissante : la balsamine de l’Himalaya remplit tous les critères. Mais qu’est-ce qui explique l’expansion massive de cette plante ? Après introduction dans les jardins […]

Cette invasive pionnière pousse en peuplements denses, et empêche nos plantes indigènes de s’épanouir : elle appauvrit la diversité floristique des terrains colonisés. Outre son impact environnemental, l’envahissement massif des berges limite les activités récréatives telles que la pêche, ou encore la randonnée. La sève de la berce du Caucase est composée de substances chimiques « photo-sensibilisantes ». A son contact, la peau est extrêmement sensible aux rayons du soleil, et subi de graves brûlures. Notons que quelques-unes de nos plantes indigènes (ex : berce commune) peuvent également être à l’origine de brûlures, mais moins importantes.